La Dignité n’a ni nationalité, ni frontières !

Qui habite encore dans la ville de naissance de ses quatre grands parents ?

Nous avons tous une expérience migratoire dans nos deux dernières générations. Ce n’est pas une anomalie, c’est l’état normal de l’humanité.

La migration fait partie de l’ADN de l’humanité :
L’Afrique, 180 000 ans av. J.C. puis l’Australie il y a 60 000 ans av. J.C. puis l’Europe vers 40 000 ans av. J.C. Nous nous sommes déplacé constamment et si des barrières sont instaurées on rompt le passage des populations.

Les mafias se sont emparées du passage aux frontières. Les passeurs font les lois et plus la barrière est forte plus les passeurs ont un contrôle  sur ce qui passe à cette frontière.

D’ailleurs qu’en on pense à la politique de Donald Trump qui est assez catégorique sur la question, on peux croire à une hérésie. Car sceller une frontière est un fantasme. Aucune frontière n’a été scellée même en temps de guerre, elle reste poreuse et particulièrement dans les pays démocratiques.

La Dignité n’a ni nationalité, ni frontières. Nous sommes tous titulaires de cette dignité, nous avons tous les mêmes droits fondamentaux quel que soit nos situations administratives où que ce soit sur la planète.Migration

Voici un extrait de mon histoire pour un concours, mais bien plus que cela pour moi. Parcours d’un jeune Soudanais rejoignant la ville de Calais et son Bidonville construit sur une ancienne décharge municipale. La Jungle. Son démantèlement est tout aussi sauvage mais peux-t-on espérer que ces histoires humaines ne se terminent pas toutes comme celles rapportées dans « Bienvenue à Calais, Les raisons de la colère » par Marie-Françoise Colombin et Damien Roudeau ?


« Ce jeune Érythréen a vu son frère tomber du bateau dans la Méditerranée. Il se souvient de ses bras sortant de l’eau, puis disparaître. Il n’a rien pu faire »


« Elle a tout laissé au pays dont son fils de trois mois. Aujourd’hui, elle essaie de le retrouver. Cette jeune femme souriante, généreuse et pleine d’espoir est maintenant dépressive et suicidaire »


« Un jeune garçon a été découvert par son petit frère, acceptant des « gâteries » pour les protéger (des passeurs ou autres). De honte, il a totalement disparu une fois qu’ils sont arrivés en Angleterre »


« Il est syrien et il est « dubliné »; il a déposé ses empreintes en Grèce. « On » lui a dit que, d’après le règlement Dublin III, il devra demander l’asile politique dans ce pays. Anticipant cette menace, il s’est profondément brûlé le bout des doigts pour effacer ses empreintes. Avec le froid, des crevasses sont apparues »


« Elle a rencontré un compagnon pendant le voyage. immobilisé, il n’a pas pu la défendre quand elle a été violée sous ses yeux. Il l’a quittée ensuite »


Des histoires et témoignages qui m’ont informée, bouleversée, dégoûtée, révoltée. Beaucoup de chaînes de TV nous abreuvent d’informations, mais pour avoir un autre regard concernant la Jungle de Calais : la génialissime enquête sur le blog du Monde.fr de Lisa Mandel et Yasmine Bouagga : « Click ici »

+

le magazine Vingt et Un du printemps 2016

timthumb

+

« Bienvenue à Calais, Les raisons de la colère »
par Marie-Françoise Colombin et Damien Roudeau :1507-1

+

Sur youtube, la conférence avec François Créneau « Les droits souvent oubliés des migrants ». Qui a guidé mon flux pour le début de cet article . « Click là »

Une longue note et je n’ai pas la prétention de détenir toutes les infos et réflexions concernant la migration, mais une réaction de ma part que je voulais partager avec toi.

Publié dans Ce qu'il reste le . 1 commentaire.